16 milliards de l’Afd pour la santé de la mère et de l’enfant | www.igfm.sn
lundi, 27 mars 2017
Accueil / ARTICLES / Actualité / 16 milliards de l’Afd pour la santé de la mère et de l’enfant

16 milliards de l’Afd pour la santé de la mère et de l’enfant

16 milliards de l’Afd pour la santé de la mère et de l’enfant
16 MILLIARDS DE L’AFD POUR LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L’ENFANT
iGFM – (Dakar) – L’Agence française de développement (AFD) a décidé d’octroyer au Sénégal un don 16 milliards de francs CFA, en appui au financement du Projet d’amélioration de la sante de la mère et de l’enfant (PASME) dans les régions de Louga, Kolda et Sédhiou, a annoncé l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot.
« Il s’agit principalement du PASME I et du PASME II qui vont intervenir respectivement dans la région de Louga pour un montant de 9,2 milliards FCFA et du PASME II dans les régions de Kolda et Sédhiou pour 6,5 milliards FCFA », a-t-il indiqué dans les colonnes de l’Aps.
L’ambassadeur de France au Sénégal procédait lundi à la remise d’un lot de matériel roulant au ministère de la Santé et de l’Action sociale, composé de véhicules, motos et de matériels médico-techniques pour appuyer le PASME
« Sur la base des besoins exprimés par le ministère de la Santé, l’AFD a fait ce choix de définir les priorités, plutôt que de disperser l’aide, de la centrer sur ces 3 régions particulièrement considérées comme nécessiteuses dans ce domaine », a précisé le diplomate.
La santé et le bien-être de la mère et des enfants constituent selon lui une priorité pour les autorités du secteur dont l’ambition est de ramener le taux de mortalité maternelle en-dessous de 70 pour 100.000 naissances vivantes.
Selon la ministre de la Santé et de l’Action sociale Awa Marie Coll Seck, le PASME vise à renforcer les capacités des équipes nationales et régionales en charge des programmes de santé de la reproduction.
Ce projet ambitionne également de contribuer à améliorer les conditions de prise en charge des grossesses, accouchements simples et compliqués.
De même, devrait-il contribuer à une meilleure prise en charge des nouveaux nés dans les régions bénéficiaires et à accroitre « l’offre et la demande en services de santé de la mère et de l’enfant et en planification familiale, particulièrement chez les populations les plus vulnérables », les adolescents en zones rurales principalement, a poursuivi la ministre de la Santé.
Depuis son démarrage en 2014, le PASME « a permis d’apporter un appui appréciable aux populations bénéficiaires à travers le renforcement du système de santé national et régional », a indiqué Awa Marie Coll Seck.
Auteur : Aps

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

}